jeudi 28 août 2008

Mon experience friscaine est complete.

Je peux rentrer en Suisse.


Celle-la etait pour nous.

C'est la grosse bourre, journee de 14h, packetage le soir, presentation a preparer, rapports a ecrire, c'est la guerre. En plus Linda change d'avis tous les deux jours quant a savoir si je peux laisser ou pas ma valise pendant que je voyage, j'ai meme plus le temps de lire du blog, c'est pour dire.

Donc, couchee tard, je me fais reveiller en plein milieu de la nuit - enfin, presque 5h je crois - mais quand meme - par Linda qui a allume TOUTES les lumieres. Je me dis qu'elle fait de l'insomnie et s'est pris un delire, pipi, re-dodo, mais y'a de la lumiere partout, y compris au deuxieme. Ce qui a fini de me lever, vers 5h30, c'est la maglite du cop dans la tronche a travers la fenetre.

J'ai compris a ce moment qu'il y avait eu couille. 

Et comme on a eu mille discussion sur le potentiel habitant de l'unite qui ferme pas toujours la porte qui mene au garage - pas moi - et comme je suis surement rentree en dernier, je sentais les suspicions porter sur moi. Pourtant, ceux qui me connaissent savent que je suis fiable parano limite obsessionnelle compulsive quand il s'agit de fermer les portes a cle. Donc, update, c'est un homeless guy qui grimpait de backyard en backyard et est rentre au deuxieme par une fenetre entre-ouverte (il fait chaud, ces jours, a SF, meme la nuit. Ou presque).

Donc voila, ca c'est fait.

L'homme arrive demain, je ne realise pas du tout, je suis boulot-boulot, j'arrive meme pas a me rejouir, du coup. Apres tout le foin que j'ai fait pendant deux mois, c'est malin.

Donc ca risque d'etre la derniere note de ce blog, qui mourra jeune. Et peut-etre qu'il y aura de l'upload aleatoire pendant le voyage sur flickr, des photos au natel meme pas orientees correctement, ca va etre la fete

samedi 23 août 2008

Critical Mass, le 25 juillet 08 a San Francisco: les photos.

J'ai trié mes 232163 photos floues du jour et les ai telecharge sur flickr, donc ca se passe LA. Les photos commencent par la fin, mais c'est pas grave. Pis les commentaires, bientôt, bientôt.

Evenement historique.

Ce weekend, c'est le festival Outside Lands Festival, dans le Golden Gate park. Le dernier concert finit a 21h55 tapantes. Je me suis étonnée que ce soit aussi tot, mais c'est parait-il un evenement historique que d'avoir obtenu de droit d'avoir des concerts dans le parc une fois la nuit tombée. Enfin, quand il te faut 2h pour rentrer, parce mettre 60'000 personnes (chiffres annoncé aujourd'hui pour hier soir) dans quelques dizaines de trams, faut avoir la foi.
Radiohead, au programme de 20h a 21h55 (oui) ont joué de 20h01 a 21h54, quelle bande de Suisses, ces Californiens. Alors, bon, ça c'est fait, vu Radiohead en concert, mais alors, je maintiens ma position, un concert de Radiohead, c'est un peu comme d'écouter un type suicidaire chouiner pendant deux heures quil veut sa maman parce qu'il n'a pas les couilles de sauter, mais la musique, bien, un peu mou a mon gout, mais bien, j'ai surtout apprécié les instrumentaux, du coup. Donc voilà, je sens la pluie de fans s'abattre sur moi, mais c'est ainsi. Ne va pas dire a un fan de Radiohead que c'était "pas mal", ce sont les pires. Oui, je cherche :)
Pis alors, quel public mou... probleme de son, interruption de bien 15 secondes la premiere fois, sur scène, ils se sont rendus compte de rien et on continué leur bizness: 60'000 personnes, donc. Clameur? Non. A peine un murmure. Tentative de rappel? Aucune. Le prochain qui me dit que les Suisses sont mous, je l'envoie en Californie, faire la queue avec 2321 personnes pour aller chercher leur bracelet "Check I.D." qui leur permettront d'acheter des bieres.
Allez, une photo pourrie, y'a pas de raison.


Ce soir, je vais voir Primus! Yeah!

Et je sais pas si c'est accessible depuis la suisse, mais ici les trucs sont retransmis.

Pis sinon, awkward, je viens d'entendre la porte s'ouvrir, le visiteur de Linda s'y glisser, je ne l'ai vu que de dos, elle nous l'a expedié, Linda, elle est efficace.
Ca doit être ca, le dating a l'Américaine: efficacité.

Aaaaaaaaaaah!!

Il y a un homme dans la maison!! Linda a conclu!

jeudi 21 août 2008

De ce qui me manque.

Bon, manifestement, en haut de la liste se trouve l'homme. On s'appelle quotidiennement et on compte les jours qui restent. Il m'a fallu un mois pour ne plus ressentir le manque de sa presence au moment de m'endormir. Ca fait un gros gros vide, c'est sur, et je ne vais pas m'etendre la dessus.
Mais vient s'ajouter tout le reste, ce dont tu n'es pas conscient quand tu es chez toi. D'abord, que tu es chez toi. C'est con a dire, mais c'est quand on ne dort pas dans son lit plusieurs semaines de suite qu'on se  rend compte que ce n'est pas juste comme de partir en vacances. Parce que deja, quand t'es en vacances, bein tu bosses pas. He. Ouais. Tu fais toute la journee des trucs que t'as envie de faire. Et que c'est quand tu bosses et que tu dors pas dans ton lit et que les semaines s'accumulent que tu te rends compte que debarquer dans son stamm et savoir qu'on va y trouver les potes, c'est priceless. Et que passer juste 25 minutes boire un cafe chez une copine parce que t'as envie de parler - notamment te plaindre que ton mec te manque - c'est priceless aussi, que d'aller te poser au bord du lac mater les montagnes parce que c'est le seul truc qui arrive a te faire relativiser n'importe quoi, c'est priceless. Que de descendre a Geneve en cas de grosse baisse de moral en 35 minutes, c'est priceless.
Les weekends passent a toute vitesse, rien que de marcher dans SF suffit a remplir une journee et ne penser a rien d'autre. Mais dans le metro-trop-de-boulot-dodo, c'est les potes qui huilent la machine et rendent les semaines agreables. Les potes avec qui tu peux etre toi-meme et n'a pas besoin de justifier quoique ce soit, comme tu dois le faire avec des gens que tu connais a peine... Les vendredis peinent a pointer le bout de leur nez.
Alors, bon, je suis une sale blogueuse, c'est bien a ca que ca sert, c'est pour s'exprimer. Alors je me plains, vu que je peux pas juste prendre mon telephone pour organiser un apero de derniere minute. Pis de toutes facons, a peu pres tous mes potes lisent ce truc, alors j'en profite I miss you, guys.
Pis dimanche passe, une de ces envie d'un delice a la viande sechee... mon pauvre ami.
Vivement vendredi.
Deja demain, et surtout celui d'apres.

lundi 18 août 2008

Eugene, OR.

Quand je suis dans une plus petite ville americaine, je rigole doucement en pensant a tout ceux qui se plaignent que les dimanches sont morts, que rien ne se passe a Lausanne et autres raleries du meme acabit. Eugene, 150'000 habitants, est donc de taille comparable. Va trouver un concert ou de quoi clubber un samedi soir, une expo le dimanche. Immersion dans l'Amerique comme on la voit parfois a la television, bar dans une baraque en bois au milieu de pas grand chose, karaoke, filles un peu epaisses en mini, gars en marcel qui montrent leur ventre en dansant...

Je suis allee rendre visite a une copine. Elle et son mari bossent de nuit, etudient de jour, alignent les petits jobs et n'ont pas d'assurance maladie. Ils esperent ainsi, d'ici 4 ou 5 ans, avoir chacun un vrai 9 to 5 job, un bon revenu et des benefits decents. Donc, pas facile tous les jours. Et les distractions - a moins d'etre fan de marche et de nature - sont rares et ca cause quand meme beaucoup booze and cars. Et comme elle devait etre au taf a 17h, autant pour moi la marche et la riviere. Donc passe deux jours a glander - il faisait quand meme 40, me nourrir de sandwiches et de cocktails bien tasses, le tout dans un sentiment d'immersion dans un autre monde - dans lequel je ne pourrais pas vivre. Par contre, rien a dire, pour ce qui est des bars, pubs et micro-breweries, y'a le choix. Pis j'ai bien ri, bien bu, pu foutre la patee au baby.

Dimanche, glandage en ville, les restos fermes, les cafes fermes, les rues desertes, seuls quelques magasins pour hippies a la retraite amenent un peu d'animation. Parce qu'il faut savoir qu'Eugene est l'endroit ou les hippies vont mourir et ou une vendeuse a dread degageant une legere odeur de transpiration t'expliquera que le prix de 72$ de la jupe en chanvre que tu tiens dans les mains est justifie par le fait que la fille qui les fait - a la main - utilise une installation photovoltaique pour faire fonctionner sa machine a coudre.

Pis comme j'ai toujours pas blogue la critical mass, parlons un peu velo, meme si c'est pas tres drole. Les "velos fantomes" sont des velos peints en blanc postes aux endroits ou des cyclistes ont perdu la vie. Celui d'Eugene est entoure de tres nombreuses fleurs multicolores. Quelques videos aussi.

EDIT: pour illustrer mon propo, un petit jeu. Eugene vs. Lausanne. Ceci dit, je me rejouis d'etre de retour a la maison pile poil pour l'inauguration du metro - meme si pour le VTT au Chalet-a-Gobet, c'est un peu la fin de la saison - avec qui s'associe avec Label Suisse.

Des voyages en avion.

Un tout petit lien ici.

samedi 16 août 2008

vendredi 15 août 2008

C'est le weekend.

Ce fut une semaine eclair. Boulot de 8h30 a 19h, plus le commute, alors que la fin de mon sejour arrive gentiment et que le boulot s'accumule, ca file. Vite. J'ai ete invitee chez ma copine de train a une soiree film. Le concept est de mater un film teeeeeellement mauvais, que ca en devient bon. Avec de la vrai pizza a l'americaine: tu nourris 6 personnes avec une pizza, espece de quiche tomate mozarelle, 1 centimetre de pate pas assez cuite surmontee de 2 cm d'une masse rouge et grasse. Une grande experience.

Sinon, le weekend passe, avec copain canadien, on est alle manger dans un endroit bien fun. Voila deux photos. Je te laisse reflechir deux secondes.




Je m'en vais pour l'Oregon ce weekend, ou il fait un petit 37 degres aujourd'hui. Ca me changera de San Francisco! Je tiens a finir cette note sur un message d'amour, mes amis, mes freres et mes soeurs.

A lundi

mercredi 13 août 2008

Vite, vite, une photo.

Parce que note precedente me fait peur.

Parlons encore voiture...

ferrari-enzo-doors-open.jpg... et legendes urbaines. Le moniteur d'auto-ecole, me ramenant au boulot, m'explique avec un grand serieux que si tu as une voiture rouge, tu paies plus d'assurance. Skeptisch, je google. Donc c'est manifestement faux, vu que la couleur n'est pas encodee dans je ne sais quel numero de reference que les assurances utilisent pour determiner le taux d'assurance, mais c'est defitinitivement une legende urbaine bien ancree: demonstration. Donc pour l'occasion - ainsi pour pour la premiere et surement derniere fois - une photo de voiture sur le blog de M'dame Jo.

Par contre, quant a la question de savoir si les flics arretent plus facilement une voiture rouge, je doute aussi, du moins en Californie. Linda m'expliquait que la police n'avait aucun droit de faire des controles aleatoires sur la route: a moins d'avoir commis une faute, la police ne peut arreter une voiture que si elle arrete tout le monde, et ce pour des raisons de (non) discrimination.

J'ai parle assurance, voiture, droit. Shoot me.

Du permis de conduire.

freeway.jpg
Alors, d'abord, je tiens a dire que ce n'est pas aussi facile qu'on le dit ici. J'avais des potes qui avaient fait leur permis aux US pendant une annee d'echange, on leur avait pose 10 questions theoriques, fait faire le tour du bloc et cadeau.

La theorie, surtout fraichement apres avoir passe ta theorie en Suisse, sans rien lire des regles ici, tu la plantes facilement, je suis assez sure. Je sais pas si c'etait parce qu'ils etaient dans des trous au fond du Texas ou de l'Ohio, mais c'est pas pareil ici et maintenant. Pis la conduite, meme en conduisant bien a l'europeenne, il y a de quoi faire bien assez de fautes pour ne pas passer avec les super specialites du coin.

Enfin, je dis pas ca parce que j'ai rate, vu que - a defaut d'avoir "le" permis pour mes 30 ans - je suis l'heureuse beneficiaire d'un permis de conduire californien.

Ca, c'est fait. Pis les routes a quatre voies dans chaque sens, meme pas peur!
(Le freeway, par contre, on va deja plus rire)

mardi 12 août 2008

Des panneaux, encore des panneaux.

"Hi, I live at the corner of Hope and Mercy".
J'aimerais bien pouvoir le placer dans une conversation.
Sinon, grand aussi, le panneau pour indiquer aux piétons qu'ils doivent se référer aux feux...
Voilà, c'est tout pour le moment.
J'ai toujours pas blogué la Critical Mass, tiens.
Pis sinon, le match de baseball, j'ai presque compris un ou deux enjeux grâce au grand enthousiasme explicatif de Pote Canadien et j'ai presque pas eu froid - avec mon t-shirt, mon pull, mon hoodie, ma polaire et mon bonnet*.
* non, je déconne pas.

lundi 11 août 2008

Attention.

Il pleut des points d'interrogation et après tu peux tomber dans l'eau.

vendredi 8 août 2008

Se gausser ne rechauffe pas tant.

J'ai un pote canadien que je connais depuis quelques annees deja. On a fait un stage dans la meme boite en 2001 alors qu'on etait jeunes et beaux etudiants et on est restes en contact depuis.

Il vient me rendre visite ce weekend.

Et ca fait des semaines qu'il me tanne pour qu'on aille voir un match de baseball demain. Et moi qui jubilais de ne pas devoir m'en taper un cette fois.

La baseball, c'est des types un peu gras en collant moule-couille blanc qui glandent sur un terrain, avec un type qu'a une batte, un autre un gant, pis ils se lancent la balle, mollement, pis des fois, y'a un type qui court.... 17 secondes.

Alors, mater le sport, t'aimes ou pas, mais en general, ca implique etre dedans et voir plein de males muscles courrir en short, ce qui me convient tres bien. Le muscle luisant, le visage tendu dans l'effort, l'action, la ferveur du public... Ouais, pourquoi pas.

Mais le baseball, c'est lent, les Giants hot-dogs, ca fait peter, pis a force de ne pas courrir et de manger pour compenser l'ennui - enfin, simple interpretation, mais si j'etais payee pour rien foutre, ca plombe le moral - ils sont pas beaux et en plus, ils se baladent en pyjama. Aucune majeste, zero.

Franchement, tu le trouves sexy?

En plus, il fait froid. 12-13 la nuit, max 15 ou 16 la journee, souvent gris, humidite dans les 80% les bons jours. Et le stade est sur la Baie (=encore plus humide, froid et venteux). Mes amis, je suis pas frileuse, mais putain ca pele.

Alors, quand l'Ami Canadien commence a me taner pour qu'on y aille, j'ai bien fait de la resistance, mais finalement, il me paie l'entree - premiers prix a $29 - les bieres et a juste propose de "bien s'habiller".

J'ai cede. Je suis faible. Je vais le regretter.

Donc avant la chute de l'histoire, une petite remarque a mediter: il n'y a pas de chauffage dans la maison ou je suis.

Donc, il a atterri il y a un moment et je viens de recevoir ce sms...

It's cold.

No kidding.

Je lui reponds qu'il voit enfin que je n'exagerais pas. Il me repond.

Oh, crap.

Enfin, je rigole, mais je vais quand meme avoir froid demain.

Sans commentaire.

Quelque part sur Geary Blvd dans Richmond

Sans commentaire.

Je peux envoyer mes images sur flickr par MMS! A moi les images!
Un graph sur Howard St.

De la conduite.

Alors, oui, vu comme les gens conduisent, ils donnent surement le permis a n'importe qui et avec une automatique et un examen de 15 a 20 minutes, une peu d'assurance et de concentration, c'est possible de faker. Mais les routes a 2x4 voies et les virages non-proteges - donc tourner a gauche alors que les voitures viennent d'en face - de quatres voies donc -  c'est quand meme chaud. Surtout avec les gens qui conduisent n'importe comment, traversent trois preselections de suite sans mettre de clignotant, s'arretent sans raison, ne respectent pas les stops, pas les feux. Pfoui.

Mais le pire - pour moi - c'est les zones residentielles. Il n'y a pas de ligne pour demarquer les places de parc, pas de ligne pour indiquer la separation de deux sens de trafic, pas une seule ligne nulle part, mais c'est quand meme large comme une route suisse a 4 voies. Quand il n'y a pas une seule voiture dans la rue, ca fait un sacre espace a separer en 4 mentalement pour rouler au bon endroit. Parce que faut pas rouler sur les places de parcs invisibles, c'est mal.

C'est... interessant.

jeudi 7 août 2008

De la coloc.

J'allais parler de ma coloc, assez non evenementielle, cette fois. Comment Brian n'est jamais la, mais represente tout de meme un "desagrement aleatoire" par sa tendance a s'enfiler dans la salle de bain pour des douches de 37 minutes pile quand je me prepare, alors que j'ai des horaires aussi reguliers qu'un coucou suisse, sans demander si par hasard peut-etre quelqu'un en aurait besoin. Je pensais le probleme semi-resolu en me douchant le soir et en me lavant les dents au boulot. Mais non. Je pourrais aussi raconter comme j'ai fini par peter un cable hier soir et lui hurler dessus a sa 27 minutes sur la douche a 21h47, alors qu'il se barre samedi pour de bon en plus. J'avais eu une longue journee - et deux pneus creves en deux jours.

Ou alors comme Linda reussit a rester souriante et sympathique meme en plein stress d'examen. Etonnemment simple et souriante, d'ailleurs, pour une fille qui rentre dans ce que je crois qu'on appelle par ici les Marina people. Donc la Marina, c'est un super joli super cherot super avec la vue sur l'ocean quartier au nord de SF. Un soir, elle me dit qu'elle a rendez-vous vers 19h30 avec des amis dans un bar sur la 4eme et me convie. C'est un mercredi soir, je sors du boulot, passe au supermarche en sortant du train et me pointe dans le "bar" avec mon gros sac a commis, mon jean orne de son bagde d'acces au boulot, mon t-shirt, mon vieux hoodies vert, mes Etnies de la meme couleur. SMS, elle a dix minutes de retard. Je rentre, a la cool, dans ce truc.

Costard-cravates pour les hommes. Stilettos, rouge et petite robe noire pour ces dames.

Et moi avec mon gros sac Walgreens. Un grand moment. Je me pose, je commande ma biere et attend que Linda arrive.... Stilletos, rouge et petite robe noire.

Franchement, sortie du boulot, en semaine et en plus au pays du short et de la chaussette blanche, c'etait... surprenant. J'ai donc exhibe mon badge et mes sacs avec fierte juste par principe.

Sinon, Mademoiselle prospecte sur internet pour trouver du dating material et se fait inviter a des diners matching par des connaissances. Et me decrit ses potentiels. Conduit une porsche, anesthesiste, possede un maison a SF. Ou. Conduit une porsche, avocat, genereux.

Alors quand je lui explique que je prefere les hommes qui ont une voiture qui sert a transporter des gens sans consommer 12 gallons par kilometres et non a compenser une erection defaillante ou exiber un gros salaire, que je peux parfaitement sortir avec un gars qui n'a qu'un velo et que d'ailleurs de mon homme est ebeniste et conduit une vieille golf, elle me regarde avec un certain interet, une certaine curiosite, et on voit qu'il se passe quelque chose dans sa tete, je devinerais presque un eclat de prise de conscience, mais ca de dure pas.
C'est interessant, la colocation.

Mais vivement samedi quand meme. Ciao ciao.

Sinon, y'a des photos qui attendent, j'ai juste pas mon cable avec moi.

mardi 5 août 2008

Les arrets de bus.

Alors y'a plein d'arrets de bus normaux, abribus avec des micros tabourets pivotant que les SDF ils peuvent pas dormir dessus, mais sinon la plupart des arrets sont signales par de la peinture jaune sur un poteau... Alors quand la peinture est passee, qu'il fait nuit, sans lunettes, bonne chance pour attraper un bus.

vendredi 1 août 2008

Vu que c'est le 1er aout...

... deux petites anecdotes qui m'ont fait sourire.

Dimanche passe, temps gris et petit coup de deprime, je m'en vais m'acheter deux chocolats pour $3.85. Dans le magasin, une dame suisse alemanique et son ado de fils, un couple d'americains et la vendeuse, une japonaise.

Le couple est a la caisse et et s'apprete a payer quand le monsieur demande

D'y'have anything with peanut butter in it?

La vendeuse, stoique, repond que non. La dame alemanique manque de s'etouffer tout en me lancant un regard horrifie et je m'entends dire Sir, it's swiss chocolate, we don't put peanut butter in everything.

Incomprehension. Bref, ils s'en vont et je demande a la vendeuse si on lui pose souvent la question et elle me dit:

Yeah, I get it a lot. Peanut butter, and pretzels too.

Mmmmh, un bon praline au bretzel. Yummy.

Bon, c'etait l'echauffement. L'autre jour, je cause avec deux Chinois. Bon, les questions sur la langue, a quoi ressemble le suisse, bref, du standard. Mais apres un moment, un des types me demande:

Are there primitive Swiss?

Devant mon incomprehension manifeste, il developpe.

You know, like Native Swiss, like there are Native American in the US.

Bon, pour la defense des Chinois, l'autre etait mort de rire en entendant la question. Bref, je suis explique que les Suisses sont suisses et qu'il n'ont pas eu besoin d'envahir ou exterminer qui que ce soit pour avoir leur bout de montagne.

Un grand moment.

Par contre, le coup de...

- Tu viens d'ou?

- De Suisse.

- Oooooh, je suis allee a Stockholm une fois, c'est magnifique.

J'ai pas eu. A force de se foutre d'eux, ils ont peut-etre compris que je ne parle pas le Suedois.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...