samedi 30 juillet 2011

De la recherche d'un appartement en Italie du nord - épisode 3.

Si vous avez raté le début: Episode 1. Episode 2.

Notre entrée-salon. Je présenterai
l'appart plus tard. Avec avant/après. 
J'ai eu  envie de baptiser ma note Les moustiques transalpins sont des salopards sous anabolisants, mais j'ai eu un doute pour ce qui est de la cohérence de mes notes. 

L'information la plus importante est la suivante : le contrat est signé, j'ai l'appartement

(Enfin, "nous". Mais vu comme je me suis fait chier avec l'agence, j'ai le droit de dire "je".)

(Oui, Jamy, je sais que tu t'es remis à me lire régulièrement, mais j'assume.)

Et les clés. Avant même le début officiel du contrat. Apparemment, du côté du proprio, ils sont également très contents que tout ce soit passé aussi vite et que j'ai été aussi "précise" - lire: fournir tous les documents rapidement, me taper des allers-retours (non) planifiés à la dernière, être réactive, payer rapidement, bref apparemment pas leure cliente standard - et pas juste "chiante".

lundi 25 juillet 2011

Le gif du lundi.

Alors encore une fois, mes confuses, il s'agit d'un gif pas moisi du tout.

Mais il est vachement bien, non?

Je crois bien que ça vient initialement de Appealing Industries

mardi 19 juillet 2011

De la recherche d'un appartement en Italie du nord - épisode 2.

Si vous avez raté le début: Episode 1

Hier, j'ai fait l'aller-retour pour la Petite Ville Lombarde. La semaine passée, on a visité. Hier, j'ai déposé ma demande de location qui consiste en un formulaire destiné au propriétaire et un dépôt à l'agence. Ce dépôt ira au propriétaire comme acompte si l'appartement nous est attribué ou comme dédommagement si on se retire après que l'on nous ait attribué l'objet. Il me revient si le propriétaire nous refuse la location ou s'il n'a pas répondu dans les deux semaines. Si l'appartement nous est attribué, je devrai retourner en personne signer.

Voilà pour la partie administrativo-informative pour passer à la partie plus anecdotique.

Lors de la visite des appartements, l'agent, que nous appelerons Sergio, m'explique que lors de ma demande, je peux proposer un loyer inférieur, que le propriétaire peut ou non accepter. Comme je le disais ici si un propriétaire désespère de louer son bien qui est vide depuis longtemps, il est dans son intérêt de réduire le loyer. Par contre, il peut aussi arriver que le propriétaire ne veuille pas en entendre parler et élimine d'office tout impertinent qui ose négocier. S'ils négocient, ne prenez pas la peine de me transmettre la demande. Bon. Alors il semblerait qu'il y ait une famille dans la Petite Ville Lombarde qui possède à peu près les deux-tiers du centre historique - où ce situe l'objet de notre convoitise - pleine de thune, qui vit à Milan et se fiche bien que leurs appartements restent vides - parce qu'ils ne sont pas à ça près. D'ailleurs, ils n'utilisent pas le contrat par défaut de l'agence, mais leur contrat propre (qui contient essentiellement la même chose, mais bref). D'après Sergio, ils sont précis - j'entends pinailleurs. Comme on est quand même bien pressés par le temps, je lui dis qu'au pire, on prendre l'autre appart, celui qui nous plaît moins et est manifestement vide depuis 2008. Celui-là est au frère. Bon, voilà. Il ne reste plus qu'à attendre et espérer que le propriétaire soit de bonne humeur, n'ait rien contre louer à des étrangers, n'ait pas de contentieux avec Grosse Boîte, ou que sais-je, et qu'on ait l'appart. Je vais me laisser 48h avant de penser sérieusement à une solution de secours.

Une fois le rendez-vous fini, je retourne à la gare pour prendre le train pour Milan. Presque deux heures à tuer à Milan avant mon train, je me dis que je vais faire quelque chose et prendre le métro pour le Dôme. Alors que j'attends le métro zzzzziiiiiihhhouuuu toutes les lumières de la station s'éteignent et se rallument deux bonnes seconds plus tard. Grosse hésitation: je crains que s'il s'agit d'une vraie panne de courant, je peux me retrouver au Dôme et sans moyen d'arriver à retourner à temps à la gare centrale. Zzzzziiiiiihhhouuuu deuxième fois. Je décide de laisser passer quelques minutes pour voir si les métros semblent toujours circuler normalement - c'est le cas - et je m'embarque donc pour le Dôme.

La preuve.

Une mini promenade et une glace à 4€ dans les galeries - yaourt et fraise, très miam.

Encore une photo sans aucune originalité.

Ensuite, je me remets en route, sans aucun problème, pour la gare centrale. Arrivée il y régnait une ambiance de ruche sous exta assez particulière. La raison? La panne arrivée plutôt dans le métro a apparemment touché le système d'affichage des horaires - qui fonctionnait très bien 90 minutes plus tôt.

Ton train est à bleu trois quarts.
Pareil sur les quais

Des hordes de touristes courant dans tous les sens d'un quai à l'autre suivis de leurs valises à roulettes au son de la voix de la dame qui explique en Italien très très vite que le système d'affichage est en panne et qu'il faut bien écouter les annonces puis donne les numéros, horaires et quais de tous les trains aussi très très vite, le tout plusieurs fois par minute à la recherche d'un agent en quête de renseignements... 

Superbe.

A bientôt pour de nouvelles aventures.

lundi 18 juillet 2011

Le gif du lundi.

Il n'est pas moisi, mais il est pas mal du tout. Sacré regard, hein?


Pendant ce temps, je me fais une mini virée lombarde (et beaucoup beaucoup de train) pour faire une demande de location (qui doit se faire en personne)(pour une signature et un versement)(on est en 2011)(ou pas). A ce soir.

EDIT: hééééé, c'est ma 500ème note !!

vendredi 15 juillet 2011

La photo du mois

Chaque mois, les blogueurs qui participent à La photo du mois publient une photo en fonction d'un thème. Toutes les photos sont publiées sur les blogues respectifs des participants, le 15 de chaque mois, à midi, heure de Paris.

Le thème de ce mois-ci (si je ne me trompe pas, je suis un peu à la rue) c'est la fenêtre.


Electrique



Alors il s'agit d'une vieille photo prise sauf erreur en 2009 au Nouveau Mexique. J'y étais en voyage pour raison professionnelle - j'en parle vaguement ici et dans les notes "autour" - et le reste des photos, si ça vous intéresse, est .

Mon excuse pour ne pas avoir pris la peine de faire une nouvelle photo est qu'on est totalement à la rue avec Jamy, je commence à bosser en Lombardie dans moins de deux mois - je refuse de compter les semaines, sinon je vais fliiiiiiiper - et on est en phase recherche d'appartement et autres  tracasseries administratives. J'espère que vous l'accepterez. Sinon, ben tant pis, hein.

Et surtout, allez visiter et commenter les autres contributions!



Vous désirez participer à La Photo du Mois ? Rien de plus simple : connectez-vous sur Facebook et rejoignez-nous. Une question ? Contactez Olivier.


jeudi 14 juillet 2011

De la recherche d'un appartement en Italie du nord.

Cuisine à l'italienne
Jamy et moi sommes partis deux jours pour une virée lombarde à la recherche d'un appartement. Je commence à bosser en septembre, on aimerait donc avoir un truc pour début août pour avoir le temps de déménager, ce qui inclut nettoyer et repeindre le nouvel appartement et surtout commander une cuisine (car les cuisines sont généralement vides, le coin cuisine n'étant pourvu de rien de plus que les arrivées d'eau et les prises). On est donc un peu à la bourre. Heureusement, les appartements sont plus facile à trouver que sur les rives du Léman!

Je vais donc vous faire part de mon début d'expérience et de ce que j'ai appris sur la location en Italie jusqu'ici.

Tout d'abord, il faut savoir que 80% des Italiens sont propriétaires (les mauvaises langues diront "endettés") et que seuls 20% vivent en location1 (une proportion à peu près inverse à celle de la Suisse). Et pour le peu que j'ai pu discuter, une bonne partie des gens qui sont locataires ne le sont que de façon temporaire en attendant la construction de leur maison, par exemple. Il n'y a donc pas de gérances dans le sens que nous l'entendons en Suisse qui gèrent les immeubles, mais des agences de vente et de location qui font le lien entre propriétaires et locataires. L'offre de location n'est donc pas énorme, mais d'après ce que l'on a vu, les appartements peuvent rester vides longtemps. Nous allons vivre dans la région quelque part entre Milan et le lac de Côme, soit dans la ville où je vais bosser, soit plus loin. Bref, ce n'est pas important, mais disons que nous ne cherchons pas à Milan, où ce serait probablement bien plus difficile. Un simple coup d'oeil aux loyers milanais donne le vertige - et je ne vois pas comment il serait possible d'y louer un truc potable avec un salaire italien. Mais je digresse.

Bon, des faits. Les contrats de location sont de 4 ans, reconductibles de 4 ans en 4 ans. Pendant les 4 ans, le propriétaire n'a pas le droit de vous expulser et si le locataire désire quitter l'appartement avant les 4 ans, le délai de dédite est de 6 mois. Pour trouver un appartement, nous avons regardé les annonces sur quelques sites2 et sélectionné deux agences qui avaient le plus d'appartements dans la région qui nous intéresse. Nous avons ensuite pris rendez-vous par téléphone ou email, expliqué nos critères et hop voiture direction l'Italie. Alors les 3h54 indiquées par le GPS sont très théoriques, mais nous sommes arrivés entiers et j'ai fait mon baptême de conduite sur sol italien. Mais je digresse encore, j'vous jure, une capacité de cinq minutes d'attention, c'est une plaie. Retour à nos moutons. La marche à suivre: rendez-vous à l'agence, visite des appartements. Si un appartement vous plaît, la démarche traditionnelle est de faire une offre au propriétaire (éventuellement avec une négociation du loyer) sous la forme d'un chèque (qui ne sera pas endossé). Le chèque sert de garantie au propriétaire en cas de rétraction du locataire et est rendu au versement du loyer et de la garantie. On a expliqué qu'on n'avait pas de chèques, mais c'est une étape contournable, surtout quand le locataire est pressé. Une fois l'offre acceptée, il faut payer 3 mois de garantie de loyer (restituée à la fin du contrat) et les 3 premiers mois de loyer. Paf, d'un coup, 6 loyers. Il me semble que le payement du loyer se fait ensuite soit au mois, soit par période de trois mois. Ça fait beaucoup d'argent à sortir d'un coup. De plus, il faut payer 10% d'un loyer annuel à l'agence la première année - aïe bobo aussi. Et acheter une cuisine complète.

Dans notre cas, il y a un appartement qui nous plaît et nous allons donc faire une offre dessus - et tant qu'à faire, essayer de payer moins. Un des appartements que nous avons visités était un bureau et est manifestement vide depuis 2008 - date du calendrier encore au mur. Si un appartement est effectivement vide depuis longtemps, il peut être dans l'intérêt du propriétaire d'accepter une réduction du loyer plutôt que d'avoir un logement qui ne rapporte rien. Il y a aussi des spese condominiali (frais annexes mensuels) qui vont de rien du tout à près de 50€ selon les appartements. Ça couvre la conciergerie, l'entretien des infrastructures communes (jardin, cour, garage, etc), les lumières des parties communes d'un immeuble, etc. Il n'y a pas de "charges" au sens où nous l'entendons en Suisse, l'électricité, l'eau et le gaz se payant à part. Dans ce que nous avons vu, le chauffage n'est pas centralisé et est en général au gaz (moins cher que l'électricité!). Les appartements que nous avons vus étaient de plutôt bonne construction, les fenêtres modernes, apparemment bien isolés (ce qui se reportent positivement sur la facture de chauffage!)

Voilà donc l'état actuel de nos recherches et de nos connaissances! La suite des aventures suivra.

Je ne suis pas sûre de comment je vais gérer mes tags pour notre aventure italienne. J'ai un tag Italie et un tag expatriation sous lequel je pense classer tout ce qui est démarches (appartement, voiture, assurance, impôts, etc.) Si vous avez des suggestions pour que ce soit le plus clair possible, j'attends vos suggestions! Le but des tags est aussi - soyons honnêtes -  le référencement et expatriation n'est peut-être pas le plus "vendeur". Allez, essayons: expatrié,  expat, blog d'expat.... Google, tu m'entends?  J'ai également ajouté un lien à expat-blog dans ma colonne, c'est une bonne ressource d'information - et j'attends encore qu'ils valident mon blog! Bon il paraît que mon blog ne correspond pas aux critères d'expat-blog... Voilà, voilà. Je suppose que je parle trop de moi... ou alors ce sont les gifs moisis qui m'ont grillée3! Je vire le lien de ma colonne, mais si vous vous expatriez, ça reste une bonne source d'information.


1. Ce sont les chiffres de 2001 de l'office italien de la statistique, tirés de mon cours d'italien. Oui, oui, mais j'ai essayé de ne dépatouiller avec le site pour valider et trouver des chiffres plus récent, sans succès.


3. D'ailleurs, va falloir que je récrive ma présentation correctement si je veux attirer un peu des gens que ça intéressent parce que ça ne veut plus rien dire.

dimanche 10 juillet 2011

Au bord de l'eau.

J'étais super motivée pour vous faire un compte-rendu détaillé du festival Weekend au bord de l'eau qui a eu lieu le weekend passé tout près de Sierre, avec anecdotes pourries et photos floues, mais j'ai laissé passé le train de la motivation. Mais comme j'ai quand même envie d'en parler, je vais faire semi-court.

C'est donc un festival électro-house-jazzy-pépère avec une pointe de world music (pas ma tasse de thé, mais bon). Dans mes moments préférés il y a eu pèle-mêle...

Un set très sympa d'un mec de Jazzanova qui est aussi un des deux gars de Prommer and Barck:





mardi 5 juillet 2011

Yeah!

Disclaimer: Ceci est une note totalement non informative donc le seul but est de raconter ma vie.

Je crains que la vache soit en option.
Il est prévu depuis un petit moment que la semaine prochaine, Jamy et moi, partions en virée lombarde pour trouver un appartement. Nous avons choisi la semaine en fonction des vacances de ma prof d'italien. Et paf, transition. Donc oui, j'ai commencé mes cours d'italien il y a une semaine. Au début, j'étais un peu rebutée par l'apprentissage uniquement par contexte et sans jamais voir aucune règle de grammaire ou liste de vocabulaire, mais en fait, équilibré avec un travail plus "scolaire" toute seule à la maison, ça devrait être assez efficace. Paf, re-transition. Donc, pour pour visiter des appartements, il faut prendre rendez-vous avec des agences. Je reçois ce matin une réponse en italien à mon email en français et anglais d'il y a une semaine m'expliquant qu'elle ne parle ni l'un ni l'autre et ne loue pas de maison de vacances. Donc je prends clavier à deux mains, mon courage au clavier et je me lance dans mon premier email à peu près construit en italien et parviens à expliquer ma situation, mes demandes et à fixer un rendez-vous à l'agence. Ce dont j'aurais été parfaitement incapable il y a encore une semaine. D'où mon Yeah!

Bon, on verra une fois qu'on sera sur place, hein.

Ah pis sinon, deux choses (qui pourront intéresser les visiteurs occasionnellement amenés ici par google):
- en Italie, les contrats de location d'appartement se reconduisent de 4 ans en 4 ans. On va bien choisir notre appart.
- pour louer un appartement (ouvrir un compte en banque et probablement 345 autres choses) il faut avoir un "code fiscal". Stress la semaine passée, pas de code, visites d'appartements prévues, on veut signer rapidement et déménager en août autant dire demain, il me faut un coooooode aaaaauuuuu seeeecoooouuurs! Bref, la panique passée, j'ai décidé de me pointer au consulat italien à Lausanne et demander un code. 15 minutes plus tard, je ressortais de là avec mon code. J'ai donc désormais un numéro AVS, un code de sécurité sociale SSN1 américain et un codice fiscale italien. Etant née en France et y ayant passé 2 ou 3 ans, je me demande si je ne suis pas numérotée dans quatre pays. Ça fait presque peur. Mais je digresse. Donc une fois la demande de codice fiscale faite, il faut environ un mois pour recevoir une carte en attestant. La dame du consulat, efficace et serviable, me précise que oui, ce code est essentiel pour tout et que les agences de location les exigent et m'a donc signé et tamponné une copie de mon code en attendant ma carte. J'ai demandé mon code en tant que française, donc UE, la dame du consulat m'ayant dit que c'était le plus simple. Je ne peux donc pas renseigner mes compatriotes suisses sur les différences dans les démarches.
- et voilà pourquoi Jamy m'appelle Bubulle, j'ai oublié la troisième chose que je voulais raconter. C'est ça quand on écrit toujours à l'arrache et qu'on n'a pas de ligné éditoriale. 

A la prochaine, alors.

1. SSN comme social security number. J'ai toujours trouvé la dénomination savoureuse pour un pays qui n'est pas franchement réputé pour être un état social...


EDIT: Aaaaah, je me souviens du troisème point! Je voulais aussi dire que je trouvais particulièrement savoureux (oui, c'est mon expression de la saison) que le site officiel destiné aux étrangers en Italie (stranieri in Italia), le portail de l'immigration, soit uniquement en italien. S'il est un site que j'espérais voir traduit, c'est celui-ci. J'ai officiellement abandonné tout espoir de trouver un site finissant par .it en anglais. Voilà, voilà. Je pratique la langue, très c'est lesen und verstehen, tout ça.

lundi 4 juillet 2011

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...